Image
Image
Image
Image
Les migrants: témoignages

Les migrants : qui sont-ils ? Souvent nous connaissons peu leur vie. Les médias nous font connaître un certain nombre de statistiques et d'analyses, de préjugés aussi. Mais les migrants ne sont pas un groupe à part ; ce sont des hommes, des femmes, des enfants avec une histoire, des joies et des peines. La plupart d'entre eux cherchent tout simplement à vivre, à vivre dans la dignité. Dans cette rubrique «témoignages», nous voulons oser la rencontre avec leurs vies, avec les situations concrètes de leur quotidien, leur laisser la parole, parfois aussi à travers ceux qui les accompagnent et les accueillent.
La plupart des témoignages sont anonymes, par respect pour les personnes concernées qui n'osent pas (ou ne peuvent pas) exposer leur vie à un grand public. Mais cet anonymat peut nous rappeler également que d'autres migrants, avec d'autres noms vivent des situations semblables, et peut-être tout proche de chez nous.

Tous ces témoignages ne peuvent pas nous laisser indifférents : La Constitution « Gaudium et Spes » du Concile Vatican II nous rappelle : « Les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ ». (GS N° 1) Et l'instruction « La Charité du Christ envers les migrants » nous dit : « L'accueil de l'étranger est donc inhérent à la nature même de l'Église et témoigne de sa fidélité à l'Evangile. » (N° 22) 
 
Jeunes migrants à Lille : Les chrétiens mobilisés

À Lille, plusieurs dizaines de jeunes migrants originaires d'Afrique squattent en plein air à quelques pas du centre-ville de la capitale des Flandres. Dans la journée,  ils trouvent refuge dans les deux seuls accueils de jour de la ville qui leur ouvrent leurs portent. Les deux structures sont chrétiennes.
 
Reportage (7 min) sur KTO
Image
A la rencontre des migrants à Calais

Interpellés par des amis membres de l'association étudiante solidaire « You Are », Christophe s'est engagé avec d'autres étudiants comme bénévole sur la jungle à Calais. Après des informations très contradictoires dans les médias, c'est aussi l'occasion de découvrir sur place la réalité. « Ce sont des gens exactement comme nous à l'intérieur d'eux-mêmes ».
Image
« Un bouillon de culture et de spiritualité »

Etant nés en France et pourtant marqués par le pays d'origine de leurs parents avec sa culture et ses traditions, des jeunes vietnamiens se retrouvent regulièrement. Ce sont des moments forts de partage et de joie qui aident à transmettre la culture et la tradition vietnamienne.
Image
Une petite ouverture à l’inter-religieux – vivre autrement un cours de FLE

Un cours de français dans une ville de banlieue - des femmes de 7 nationalités se retrouvent pour apprendre le français. Au-delà de l'apprentissage de la langue, des belles rencontres se vivent. Les femmes se découvrent dans leur diversité - et celle-ci ne les sépare pas mais devient source d'enrichissement!
Image
« Qu’ils connaissent aussi cette joie qui me fait vivre! » Cheminer vers le baptême

Lors de la veillée pascale, plus de 3600 catéchumènes adultes ont été baptisés en France. Un certain nombre d'entre eux sont issus de la migration. Témoignages de chrétiens hmong et africain sur leur cheminement vers le baptême. 
Image
Perdre tout ce que nous avons construit….

« Nous avons décidé de fuir, laissant derrière nous tout ce que nous avions construit : " NOTRE VIE " ; nous n'avions pas pu faire le deuil de l'être cher que nous venions de perdre. » Témoignage de Vera qui a dû quitter avec sa famille le Kosovo. Tant de souffrances de l'exil, de nouveaux recommencements, mais aussi l'expérience de trouver une terre d'asile. 
Image
« C’était très difficile de communiquer… »

Lors de la Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, nombreux migrants ont témoigné de leurs expériences. Nous vous partageons le témoignage d'Abike. Combien les difficultés avec la langue française ont été source de souffrance pour elle, la poussant parfois à se «cacher», par peur d'être rejetée. Puis l'accueil bienveillant et l'écoute ouvrent des portes...
Image
« Etre étranger ici et ailleurs »

Témoignage de Limsry de l'aumônerie cambodgienne qui témoigne de son chemin en France. Il souligne combien les paroles touchent la personne et peuvent choquer. Il faut un long chemin de patience, de courage, de ténacité, pour ne pas blesser les uns ou les autres et rendre un monde meilleur. 
Image
« J’étais un étranger et vous m’avez accueilli »

Témoignage de Gaspard, jeune bénévole au sein du " Réseau Welcome" tissé par le Service Jésuite des réfugiés (JRS) en France pour offrir à quelques demandeurs d'asile d'être accueillis par des familles ou des communautés.
Image
« Croire en l’avenir »

Témoignage de Lamartine, haïtien, arrivé en France il y a dix ans.
"Comme tout migrant, j'ai cherché à donner une légalité, un sens, un nom à mon exil. Ayant dû tout abandonner derrière moi, ma famille surtout, j'ai cherché à retrouver ma liberté et ma dignité."
Image
« Les migrants m’ont appris à regarder autrement »

Une religieuse de Metz, membre de l'équipe diocésaine, témoigne de ses expériences auprès des migrants. « Ils m'ont appris à regarder autrement, à regarder avec amitié les personnes. Et ce fut une de mes premières résolutions : regarder désormais les personnes quelles qu'elles soient sans à priori, simplement voir en elles cette humanité que nous avons en commun. »
Image
« Être enfants d’un même Père ? »

Ce ne sont pas tous les chrétiens qui peuvent faire l'expérience en paroisse de se retrouver comme frères et soeurs. Nous vous partageons le témoignage de Rosa, avec ses questions et doutes sur son expérience d'appartenir à l'Eglise universelle.
Image
Aller à la rencontre des Roms

Beaucoup de chrétiens sont interrogés par la présence des Roms dans leur ville ou quartier : comment se situer, quoi faire, en suivant l'évangile ? Nous vous partageons le témoignage d'une religieuse qui a pris, avec d'autres paroissiens, le chemin de la rencontre... Puis l'expulsion des Roms a brutalement terminé les visites - mais pas le rêve d'un monde où tous, un jour, se prendront par la main comme frères et sœurs.
Image
L'accueil gratuit qui devient chemin vers Dieu

Sofia, d'un pays communiste, fait l'expérience de l'accueil gratuit et bienveillan à la Pastorale des Migrants. "J'ai été touchée par leur humanité, leur attention, leur disponibilité : j'ai découvert l'amour de Dieu. J'ai réalisé que dans mon pays, j'étais riche de biens matériels. En venant en France, j'ai tout perdu et je suis devenue pauvre. Mais j'ai découvert une grande richesse : Dieu est en chacun de nous, il nous aime. "
Image
Parcours d’un réfugié

Témoignage de T., jeune migrant d'Erythrée, recueilli par  Pierre-Etienne et Jacky.
T. a 26 ans. Il est arrivé en France en 2009 où il a obtenu le statut de réfugié, loge dans un foyer de jeunes travailleurs sur le quartier et fait une formation en alternance dans le secteur du bâtiment.   
Dans l'esprit de Diaconia, nous lui avons demandé de nous parler de l'entraide, de la solidarité vécue au cours de son parcours de migration et dans sa situation actuelle...
 
Image
Vivre en famille

Un désir inexaucé...
Ousmane est français, pas de naissance, au mérite, après avoir prouvé son intégration. Il a 50 ans, est parfaitement francophone, travaille de manière stable, CDI, marié, des enfants français et maintenant des petits-enfants tous français.
Que veut-il de plus ? Faire venir la grand-mère qui est restée au pays avec ses filles qui s'occupent d'elle. 
Image
Le regroupement familial : éloignement - rapprochement - intégration
Tant de réfugiés ont dû se séparer de leur famille lors de leur départ. Le regroupement familial, prévu par la loi, est souvent un parcours du combattant. Gisèle témoigne dans cette vidéo-témoignage, publié par Caritas Europe à l'occasion de la Journée Mondiale du Réfugié 2013, des hauts et des bas de son parcours, avant que son fils ait pu la rejoindre trois ans plus tard.
Vidéo-témoignage sur le site de Caritas International
Image
Témoignages des jeunes migrants

Fragilité et fraternité
La fragilité que je suis en train de subir depuis que je vis en France:
•    la température: je ne supporte pas le climat
•    je sens que je suis nul parce qu'il n'y avait personne pour me demander mon avis
La fraternité que je suis en train de vivre pour ce temps
•    rien que l'accueil que j'avais trouvé le 1° jour, j'avais la joie, j'étais ravi
•    on m'a demandé mon avis pour que je parle sur ce que je pense faire pour mon avenir [...]

Mineur en France...
Cet après-midi, j'attends Junior. Il fait une formation en maçonnerie à 300 mètres dans une école qui est proche du presbytère. Il est 15 heures. Il arrive. On s'assoie. Il n'a pas mangé depuis le matin, car le conseil général n'a pas validé un papier: donc pas de repas à midi pour lui et 4 de ses copains. [...]

"J'ai toujours voulu faire quelque chose de ma vie"
Appelons-le Damien désormais, puisque à 18 ans il est devenu Français. A 8 ans, en Afghanistan, sa famille a explosé : père opposant politique; mère, frère et sœurs disparus, il s'est retrouvé seul à la rue puis enfermé et mal traité dans une "famille" qui voulait lui faire donner des renseignements sur les activités de son père... [...]
 
Image
Situation des femmes migrantes

"Nous sommes très touchées par ces femmes isolées que nous avons rencontrées au cours de cette année. Beaucoup d'entre elles ont souffert de la violence des hommes (viol, torture, coups reçus de maris violents). Isolées, ne pouvant parler de leur calvaire dans leur entourage, elles décident de fuir dans un pays, la France, parce qu'elles croient pouvoir y être protégées de la violence des hommes."
Image
Qui suis-je ?

"Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour témoigner sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Il s'agit peut-être de discrimination ou simplement de l'ignorance et de la connerie des personnes concernées...
Cela faisait un an que je vivais dans cet appartement, et mon voisin me voyait partir au boulot tous les matins à 7 heures, il est très gentil, si on fait fi de son incapacité à se mêler de ce qui le regarde !"
Image
L’accueil de demandeurs d’asile en paroisse

"Les structures offertes par la ville se trouvent fermées aux week-ends. Les demandeurs d'asile se trouvaient donc à la rue par période très froide.
J'ai accepté de participer à l'accueil moyennant les conditions requises à savoir : deux volontaires par équipe pour 2 heures de présence.
Ce dimanche matin, je suis allée les chercher à l'arrêt du tramway."